La Trinité sur Mer

Commune française depuis 1864, elle s’appelle en breton An Drinded (La Tinité) Connue pour ses compétitions nautiques, la ville s’étire sur 800 mètres en bordure de la rivière du Crac’h dont le vaste estuaire accueille les nombreux parcs à huitres destinés à la récolte du naisssain. C’est à partir du XIIIe siècle que l’on trouve des traces du village et de son port. L’activité saline est très importante pendant plusieurs siècles. Une maison de douanier postée en vigie à l’entrée du chenal témoigne de cette époque. Le village se développa autour du commerce maritime et la petite communauté prospéra. Mais en 1931, le gouvernement prit une mesure protectionniste pour favoriser les Charbonnages de France. Le commerce maritime s’arrêta . Le village se tourna alors vers la pêche. L’ancienne criée, démolie en 1923, fut reconstruite, et les goélettes laissèrent la place aux bateaux de pêche. Aujourd’hui, le port de pêche s’est transformé en port de plaisance avec l’essor du tourisme nautique. L’ostréiculture est aussi très présente. En 2010, la commune comptait 1630 Habitants Le pont de Kerisper rejoint Saint-Philibert en franchissant la rivière du Crac’h. A l’origine, il s’agissait d’un pont en acier conçu par Gustave Eiffel, mais il fut détruit en 1944 par les Allemands et reconstruit en 1958. Alain Barrière, Philip Plisson et Jean-Marie Le Pen y sont nés. Alain Souchon possède une résidence secondaire.